Noah et l’équipe de France : « Je t’aime ! Moi non plus ! »

Joakim_Noah_Chicago Bulls

Absent depuis la médaille d’argent obtenue par l’équipe de France aux championnats d’Europe 2011 en Slovénie, Joakim Noah ne devrait pas non plus participer à l’édition de cette année qui se déroule en France. Si cela nous aurait déçu auparavant, nous ne sommes plus surpris par cet (éventuel) autre refus de sélection de la part de J. Noah. Mais bonne nouvelle pour lui depuis maintenant deux ans l’EDF n’a plus vraiment besoin de lui pour nourrir des ambitions élevées.

Comme toutes les années concernées par une campagne nationale, le DTN Patrick Beesley se rend aux Etats-Unis pour faire le point sur nos forces en présence et les éventuelles attentes des NBAers. Après s’être rendu trois fois à Chicago pour rencontrer le pivot français, ce dernier se livre dans une interview accordée au quotidien l’Equipe où il exprime clairement que pour lui l’équipe de France n’est pas une priorité, « Moi, ma priorité, c’est ma carrière ». Seulement la Fédération lui a demandé une réponse rapide et claire et que si cette dernière se voyait négative, il se radierait tout seul de la sélection tricolore et ce notamment pour les Jeux olympiques de Rio en 2016 (décision prise par le duo Collet-Beesley) ! Joakim Noah met en avant sa condition physique qu’il se doit de ménager et sa situation contractuelle « L’été prochain va être très important pour moi, équipe de France ou pas […] me demander une décision en mars, de toute façon, ça je ne pourrai pas. Je ne pourrai pas donner de réponse ».

Un mal pour un bien…

Certes Noah est l’un des meilleurs pivot de la ligue (nommé meilleur défenseur de la NBA la saison passée et sélectionné deux fois au ASG) et auparavant sa non présence remettait sans cesse en question les ambitions de Vincent Collet. Mais maintenant les temps ont changés et le secteur intérieur français ne s’est jamais aussi bien porté ! L’éclosion de Rudy Gobert en est le parfait exemple, le retour d’un bon Kévin Séraphin associé à la progression constante de Joffrey Lauvergne, sans oublier Ian Mahinmi et certains français comme Ali Traoré entre autres… Tout cela fait que son absence qui ne devrait pas être une surprise, facilitera les choix de Vincent Collet qui de ce côté là, a du travail et on ne va pas s’en plaindre. A noter que nos deux derniers titres internationaux ont été obtenus en son absence (Champions d’Europe en 2013 et médaillés de bronze à la coupe du Monde 2014).

Noah une culture avant tout américaine…

On peut lui reprocher son manque d’implication à travers l’équipe de France et le fait qu’il ne revendique pas son appartenance au drapeau tricolore de l’autre côté de l’Atlantique comme peut le faire un Tony Parker, mais cela peut se comprendre. Né à New-York et étant français que par son illustre papa (il est suédois par sa mère et américain), on ne peut pas lui en vouloir d’avoir vécu une majeure partie de sa vie et d’avoir effectué toute sa formation aux Etats-unis et donc d’avoir la culture américaine dans la peau, cela peut expliquer le fait qu’il montre moins son attachement au pays paternel. De toute façon il a été très clair « L’équipe de France, c’est une super expérience, mais ça n’a jamais été ma priorité ».

Alors comme ils disent, « We’ll see » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *