Dusko Vujosevic : Le « Général » aux commandes du CSP Limoges.

Dusko Vujosevic – eurocupbasketball.com

On est début janvier, et l’on apprend la démission (pas très surprenante) du coach du Limoges CSP Philippe Hervé. Après quelques discussions connues avec Dusko Ivanovic notamment, c’est finalement Dusko Vujosevic qui arriva au chevet du club limougeaud. Le président Frédéric Forte souhaitait du changement, il ne devrait pas être déçu.

Plus qu’un coach un symbole…

Le natif de Podgorica passé par l’Etoile Rouge de Belgrade, le Radnički Belgrade, l’Italie (Brescia, Pistoia, Pesaro), l’Espagne (Granada) et la Russie (CSKA Moscou) et qui officiait depuis 2001 au Partizan Belgrade avant de ne pas être prolongé en septembre dernier, est une véritable icône du basketball en Serbie. Il suffit juste de constater la ferveur autour de lui lors de son départ pour la France où de nombreux supporters du Partizan de Belgrade en autre, l’attendaient pour lui rendre hommage.

À 56 ans « Dule » comme le surnomme affectueusement ses supporters, possède un très beau palmarès : cinq fois vainqueur de la Ligue Adriatique avec le Partizan, cinq fois champion de Serbie, une Coupe Korac en 1989. Désigné également meilleur entraîneur de l’Euroleague lors de la saison 2008/09.

Des méthodes « militaires »…

Coach connu pour ses méthodes d’entrainement réputées très dures, qui ont d’ailleurs souvent portées leurs fruits, Dusko Vujosevic ne fait jamais dans la demi-mesure. Des séances d’entrainements qui ne se terminent jamais, les français Léo Westermann (CSP Limoges) et Joffrey Lauvergne (Denver Nuggets) peuvent en témoigner. Une de ses citations les plus célèbres résume parfaitement son état d’esprit : «Par la répétition, nous développons les automatismes et le caractère et j’insiste, ceux qui s’entraine sérieusement ne supporterons pas l’idée de la défaite».

Du côté de Limoges certains changements se font déjà ressentir, en commençant par réinstaurer un esprit d’équipe qui tentait à disparaître et c’est là que les méthodes « Dule » interviennent. Comme le relate J. Ostermann dans les colonnes de France Bleu Limousin, désormais les petits-déjeuners se prennent tous ensemble. Le serbe oblige ses joueurs à se rendre ensemble aux repas. Pour sortir de table, même chose, il faut en demander l’autorisation.

« Vous ne pouvez pas attendre d’une équipe qu’elle soit ensemble sur le terrain pendant 1h30 si les 22h30 restantes, les joueurs ne font rien ensemble. Donc on va essayer de renforcer cet esprit d’équipe. »

C’est une véritable armée qui se constitue dans le Limousin, de vrais soldats au service du « Général ». Bien entendu il va de soi que le nouveau technicien limougeaud souhaite la même rigueur sur le parquet. Maintenant les joueurs savent ce qu’il faut faire pour garder leur place, de l’exigence envers eux-même et être sans cesse dans l’intensité la plus extrême surtout en défense.

Malgré la défaite en Eurocup hier à Oldenbourg, on peut déjà constater quelques signes encourageants : l’implication défensive des joueurs, Ali Traoré en chef de file, l’impact retrouvé de Léo Westermann et la volonté permanente de se passer le ballon. Même si hier (mercredi) on a pu voir qu’il allait falloir du temps pour que les joueurs digèrent (physiquement) ces changements, les deux grosses victoires contre Valence sont déjà un signe probant de changement.

Actuellement dixième de ProA avec un bilan de 9 victoires après 18 matchs disputés, le Limoges CSP champion en titre, doit se remettre au travail pour intégrer le top 8 et disputer les playoffs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.