La France en manque d’infrastructures de qualité

Le stade Pierre Mauroy de Lille durant l'EuroBasket 2015

L’Euro Basket dont les phases finales se sont déroulées dans le Stade de football Pierre Mauroy de Lille, a connu un réel succès populaire avec une affluence moyenne de 20 550 spectateurs.  En précisant qu’à trois reprises lors de cet Euro Basket le record du nombre de spectateurs pour un match de basket en Europe a été battu : 26 135 (8e de finale), 26 922 (1/2 finale) et 27 372 pour la finale. Un constat récurrent se pose alors, celui du faible nombre d’infrastructures adéquates en France.

La France est à la traine…

En France nous comptons seulement une seule enceinte permanente d’au moins 10 000 places avec l’AccorHotels Arena (anciennement Bercy). Constat d’autant plus terrible quand on se compare avec nos homologues européens, l’Italie compte six enceintes de plus de 10 000 places, quand l’Espagne en compte douze et l’Allemagne dix-huit ! Ces carences s’expliquent notamment par le contexte économique morose sur notre territoire depuis quelques années, là où les autres pays possédaient déjà ces enceintes.

En amont de l’Euro le président la Fédération Française de Basket, Jean-Pierre Siutat se montrait inquiet : « Demain, si la Fédération européenne de basket décide de ne plus organiser le championnat d’Europe 2015 en Ukraine, […] et nous le propose, nous serons embêtés. ». Beaucoup de projets sont retardés suite à de nombreux problèmes économiques et administratifs. Cela est contraignant pour la visibilité de notre sport, mais également pour les clubs français, car quand ces derniers se qualifient pour une compétition européenne comme l’Euroleague notamment, ils se retrouvent souvent embêtés et contraints de trouver une enceinte d’accueil. En effet le cahier des charges de la FIBA impose une capacité d’accueil d’au moins 5 000 places, et bien d’autres critères que n’offrent pas nos structures la plupart du temps obsolètes. Aujourd’hui seule l’aréna de Montpellier (9 000 places) et donc l’AccorHotels Arena approchent les standards des grandes salles européennes.

Le « dommage »…

Alors que le « naming » ou « nommage » et la venue de sponsors privés, sont une solution face aux difficultés économiques pour acquérir ce type de stades, cela reste quand même risqué si l’on prend l’exemple footballistique de la MMArena du Mans construit en 2011 qui n’a été occupée que deux ans (2011 – 2013) par Le Mans FC suite à sa liquidation sportive. Aujourd’hui le stade accueille très peu d’évènements sportifs au profit de spectacles culturels. La société d’assurance sarthoise doit normalement verser un million d’euros par an pendant dix ans, soit jusqu’en 2021.

Alors souhaitons pour notre pays, pour le basket et le sport en général, que ce succès généré par l’Euro Basket au sein du Stade Pierre Mauroy Crédit Mutuel de Lille donne des idées à nos hautes instances et encourage les investisseurs.