Drazen Petrovic un virtuose au destin cruel

Ken Levine/Getty Images

Le 7 Juin 1993 sur une autoroute allemande, un accident mettra fin à la carrière de celui que l’on surnomma le Mozart du basket. Agé de 28 ans Drazen Petrovic laissa un grand vide au sein du basket mondial.

Icône national en ses terres croates, il laisse encore aujourd’hui une trace indélébile pour les passionnés de basket que cela soit sur le Vieux Continent au sein de la NBA.

La trajectoire d’un génie

À 18 ans à peine il est déjà surnommé « Le Mozart du basket » et dispute sa première finale européenne (perdue) face au CSP Limoges en Coupe Korac. Drazen est fort et il le sait, mieux il le prouve ! Un brin provocateur le croate à tendance même à agacer tellement tout à l’air facile pour lui, avec le Cibona Zagreb il domine l’Europe à seulement 21 ans. Quatre ans plus tard, il renverse à lui seul le grand Real Madrid en marquant 62 points en finale de Coupe des Coupes. Selon plusieurs sources lors d’un match il a même réussi à scorer 114 points à 40/60 aux tirs ! Pendant quatre saisons Drazen Petrovic tourne à plus de 37 points de moyenne et est désigné meilleur joueur du championnat croate.

Sa statue trône devant la salle du Cibona où un musée lui est d’ailleurs consacré.

Sur la scène internationale c’est sensiblement la même chose, la Yougoslavie derrière son shooteur star est entrain de construire une prodigieuse équipe avec les futurs grands du basket mondial comme : Vlade Divac, Toni Kukoc, Zarko Paspalj et Dino Radja. Ils vont d’ailleurs récolter des médailles (or, argent ou bronze) dans les plus grandes compétitions. En 1989 il va conduire la Yougoslavie à un titre européen chez lui à Zagreb. Et poursuivre l’année suivante en remportant le titre mondial.

Pour la petite anecdote, durant la compétition européenne les yougoslaves affrontaient les français. Drazen Petrovic fut ménagé en raison de problèmes de dos, sauf qu’à la mi-temps les tricolores viraient en tête. Petrovic quitte donc le banc plante 30 unités et gagne le match…

Son arrivée en NBA

Alors que sa suprématie n’est plus à démontrer en Europe, « Mozart » décide en 1989 de s’attaquer à la grande ligue américaine, encore quelque peu hostile aux européens à l’époque. Il débarque donc chez les Portland Trail Blazers, expérience peu concluante car Drazen se voyait barrer la route par un certain Clyde Drexler, et devait se contenter de courte séquence de jeu. Ne jouant pratiquement pas lors des finales 90 face aux Pistons de Detroit, le croate décide de partir pour rejoindre les Nets.

Petrovic est en pleine confiance et peut enfin éclabousser la NBA de tout son talent. En 1991-92, sa moyenne dépasse les 20 points par match (20.6), avec 50.8% de réussite aux tirs, en 37 minutes passée sur le parquet. Alors que les Nets étaient une équipe à la dérive, ils se qualifient pour les playoffs la même année. La saison 93 ne fera que confirmer tout le bien que l’on pense de lui, sélectionné par les médias dans la NBA Third All-NBA Team, il est annoncé comme un futur All Star… Malheureusement le destin en a décidé autrement.

Destin tragique

C’est à l’issue d’un tournoi de qualification en Pologne, que Drazen Petrovic décide de ne pas rentrer avec ses coéquipiers croates. Sa voiture percuta un camion qui se trouvait en travers de la route, pas attaché il meurt sur le coup. Parti évidemment beaucoup trop tôt après seulement 290 matchs disputés Outre-Atlantique, son mythique n°3, fut retiré par les Nets en novembre 1993, cinq mois après sa disparition. En 2002, il intégrait le prestigieux Hall of Fame.

La bande annonce de « Once Brothers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.