Une D-League plus attractive, notre championnat français est-il en danger ?

Boris Dallo sous le maillot de Long Island équipe affiliée au Brooklyn Nets – netsdaily.com

Après des mois de négociation la NBA et la NBPA (National Basketball Player Association) sont enfin tombés d’accord sur un nouveau CBA (Collective Bargaining Agreement). Celui-ci devrait permettre à la ligue de perdurer normalement jusqu’en 2023-24 année de son expiration, et nous éviter d’assister à un nouveau « lock-out » comme lors de la saison 2011-2012.

Dans ce nouvel accord il n’y a pas moins de dix nouvelles mesures, outre le fait que la ligue s’assure une certaine pérennité. Parmi ces différentes mesures ont pourra noter le fait que la NBA sera plus stricte vis à vis des comportements de ses joueurs hors des terrains, elle se réservera le droit de purement et simplement les exclure de la ligue s’il elle l’estime nécessaire. Une hausse des salaires va également avoir lieu, le salaire minimum augmentera de 45% la saison prochaine, ce qui conduire le salaire moyen à avoisiner les 9 millions de dollars, tandis que le salaire maximum pourrait atteindre lui, les 36 millions de dollars la saison !

La D-League menacerait-elle le championnat français ?

Dans cet accord plusieurs mesures concerne la ligue de développement de la NBA , la D-League. Dès la saison prochaine des contrats dits ‘doubles’ seront proposés pour les joueurs faisant des allers retours entre la D-League et l’équipe NBA de leur franchise. Le second point qui pourrait mettre en difficulté nos championnats nationaux (ProA et ProB) concerne l’attractivité financière. En effet avec des ligues étrangères comme la Russie, la Turquie ou encore même la Chine qui attirent les talents grâce à des salaires plus généreux, la D-League a décidé de contre-attaquer pour tenter de conserver ses meilleurs éléments. Pour cela, les franchises auront maintenant deux places supplémentaires, c’est à dire deux contrats à proposer en plus. En résumé une franchise pourra donc proposer à deux joueurs effectuant des passages en D-League, une rémunération plus importante et ainsi les conserver.

Dans l’avenir cela aura peut-être pour conséquence, de priver le championnat hexagonal de ses meilleurs (jeunes) joueurs américains ainsi que certains de nos meilleurs prospects français. À ce jour on y compte 6 français, Livio Jean-CharlesBoris DalloCarl Ona EmboRon Mvouika, Damien Inglis et Axel Toupane. Après cela pourra peut-être favoriser la mise en avant de certains JFL dans nos championnat, qui est la grosse problématique du moment…« We would see ».

Le coup de gueule de David Cozette sur le plateau de « Buzzer » :

L’intégralité de la vidéo ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *