Caroline Heriaud symbole d’un amour inconditionnel pour le jeu

Crédit photo : Sly Sly

Comme elle le dit si bien sur un réseau social bien connu « Ball is life » qui signifie « le basket c’est la vie » Caroline Heriaud (1,65 m, 21 ans) jeune joueuse de la Roche Vendée Basket en Ligue 2 féminine la saison passée est une amoureuse de basket. Jamais rassasiée, quand la saison officielle se termine une autre commence pour la nantaise, celle du 3×3. Discipline encore peu connue du grand public, elle sera présente aux prochains J.O de Tokyo en 2020. La meneuse du RVBC possède d’ailleurs un certain palmarès dans cette compétition. Internationale depuis peu, nous avons eu l’occasion d’échanger lors de sa participation au qualifications pour l’EuroBasket 3×3 2017 qui se déroulera début juillet, à Amsterdam.

Première question qui peut paraître anodine mais comment passe t-on du basket 5×5 classique, à défendre son pays avec le 3×3.

« Alors tout le monde se demande comment on en vient au 3×3, moi j’ai commencé en universitaire en fait un jour il manquait une joueuse et on m’a demandé si je voulais bien la remplacer et puis je suis partie faire les championnats de France à Poitiers qu’on a gagné d’ailleurs. Par la suite j’ai de nouveaux gagné les championnats de France à Dijon et dans la foulée le mondial en Chine en Octobre 2016. […] Le sélectionneur français Richard Billant en a entendu parlé et m’a convoqué et maintenant je suis en équipe de France. »

Pour sa première compétition internationale avec les « séniors » Caroline a disputé mi-juin dernier le championnat du monde à Nantes. Ne passant pas les phases de poules, la meneuse de la Roche Vendée Basket reste encore aujourd’hui très déçue.

« Habitant à Nantes, j’ai été très très très déçue, beaucoup de frustration de ne pas avoir passé les poules. J’aurais aimé ramener une médaille devant mon public, car je connaissais vraiment beaucoup de monde là bas. Après je reste très fière d’avoir porté pour la première fois le maillot de l’équipe de France dans une compétition internationale (hors parcours scolaire). Le sentiment aujourd’hui quand on en parle reste encore la déception. »

Joueuse en Ligue 2 féminine la saison passée en Vendée, les différences en 3×3 sont nombreuses et la polyvalence est primordiale.

« En 3×3 il faut être polyvalent si tu te troues ça se voit de suite, tu ne peux pas te cacher. et le rythme est beaucoup plus soutenu bien entendu et il y a beaucoup plus de duels. »

Concernant ses ambitions pour la saison prochaine, Caroline Heriaud compte bien entendu poursuivre son apprentissage au plus haut niveau français au côté de nouvelles coéquipières d’expérience comme avec la nouvelle recrue yonnaise, Kristen Mann*.

« Alors moi l’année prochaine j’ai re-signé à la Roche sur Yon pour un an, je vais découvrir la Ligue Féminine ça va être une superbe aventure. En plus on commence à connaitre un peu le groupe, avec notamment l’arrivée de Kristen Mann tout le monde me dit que c’est une excellente joueuse, très intelligente et en plus elle serait super sympa alors j’ai hâte ! Son apport d’expérience est très positif pour l’équipe et j’espère que l’on va se maintenir la saison prochaine. »

Même si l’opportunité d’être aux prochains J.O. pourrait se présenter, Caroline Heriaud souhaite rester concentrée sur le basket 5×5, le 3×3 restera du bonus en période estivale uniquement. À noter que la saison prochaine la promue au plus haut niveau français, affrontera l’ex-capitaine de l’Equipe de France Céline Dumerc sur le même poste ou encore Marine Johannès.

« On sait que le 3×3 deviendra discipline Olympique à Tokyo en 2020, C’est une très bonne chose, après on parle aussi de la création de ligue de 3×3 professionnelles chez les filles mais moi je me concentre d’abord sur le 5×5. J’adore le 3×3 mais ça restera durant l’été, je ne vois pas du tout arrêter le 5×5 pour le 3×3. »

A noter que les équipes de France masculine et féminine sont parvenues à se qualifier pour le championnat d’Europe. Après avoir perdu en quart de finale face à l’Espagne, les partenaires de Caroline Heriaud ont terminé à la cinquième place qualificative en battant l’Autriche de justesse (11-10). Rendez-vous donc le 7 juillet prochain à Amsterdam pour Caroline et ses coéquipières.

*Kristen Mann (1,86 m, 33 ans). La poste 4/3 américaine évoluait sous les couleurs de Lattes-Montpellier en 2016/17 où elle tournait à 9,7 points, 3,4 rebonds et 2,2 passes décisives pour 10,4 d’évaluation.